by Lalit Gautam CEO & founder

(version française ci-dessous)

Handscart, the shortest way from the producer to the customer

If all the products sold by Handscart are sustainable, our goal is to have a real social impact. Indeed, all our products are handmade by unemployed people.

 

I worked previously for NGO, and travelled a lot in some rural areas in Africa and in Asia. I noticed that people were busy with agricultural activity during a part of the year. The rest of the time, they were unemployed or used to go to cities for seasonable works.

 

Handscart preserving handmade. Buckets handmade from indonesia

Handscart preserving handmade. Bucket from indonesia

At Handscart, we teach them skills to make products, We meet them in rural area, even if they don’t have nor smartphones, nor internet; we train them, using learning machines and e-science, in product making, product designing; we provide raw materials, financial services, assistance, we check the quality, we sell their products on our marketplace, and on eBay and Etsy. We also have franchisee in the United States. Once the product is done, we pack and we ship it to customers (thanks to our partners like FedEx)

 

We’re not like agents or middlemen: we organize the quickest way from the fabricant to customer, from A to Z.

 

We make the training in English, but also in local languages in Africa and in Asia. Unemployed people can start selling products quite fast, get some revenues and getting self-employed. It’s a sustainable way to save cultures of indigenous area, in different countries.

 

Tailor made products

We also have a community of designers, creators who can tell us what they need, in which material. We find the artisans and make them realize the products with the material, color and shapes required. It’s easier for everyone : the creator get the product at a reasonable price. The artisan may know the product but he´s not connected with internet, and not easy to reach. We can make the connection.

 

That is why you’d better contact us than going by yourself. For instance, in Africa, they have local language, are very traditional. If you connect with us, we will figure it out for you. Send your query on the website and we will find the right artisan for you.

 

Handscart, a growing business

Our revenues come from our activity : we charge a minimal amount by selling the goods to companies and customers who buy the product from us…

 

Now we’ve got more than 1000 products on our plateform. And more than 200 artisans are working with us with a high impact for their families, from India, Nepal, Bhutan, Thaïlandia, Indonesia to several places in Africa.

 

We’ve got attractive prices thanks to our direct selling process.

 

Next step : fight unemployment in Europe

We’re also focusing our activity in Europe : we have very good feedback from Spain. We have the support of Italian government to launch our training process there, as unemployment of the youth is a big concern. Now I have to deal with rural people in Italy, and language is a barrier. I speak only English and their level of English is very bad. I have to figure it out.

 

And we want to launch it also in France.

France is well known for the quality of its products, especially in food industry (wines, chocolates….). But the country has also an high unemployment rate. So we start to organize workshops online for unemployed people and also refugees. With us, people are trained, they can start making products. Once they get the skills, they can move to big industries to be hired.

 

Our next move, thanks to the French Tech Ticket is to set up our headquarter in France. France is good place to measure social impact. Thanks to the French tech ticket, we get a lot of support and we are in the heart of Europe. We can easily connect with the USA, Asia, Africa…. We can help people, here, dealing with the crisis. We can explore the market and create jobs here and all over the world.

 

 

And now, the VF….

Handscart réconcilie emploi et mondialisation

Par Lalit Gautam CEO & founder

 

Le plus court chemin de l’artisan au client

Si l’ensemble des produits vendus par Handscart sont écologiques et durables, l’objectif de notre startup est avant tout social. Tous les produits que nous proposons sont réalisés par des personnes en recherche d’emploi.

 

Handscart favorise l'artisanat : une femme navajo enseigne à une jeune fille navajo le savoir faire de la laineLorsque je travaillais pour des ONG, j’ai beaucoup voyagé dans des régions rurales en Afrique et en Asie. J’ai remarqué que l’agriculture ne fournissait de travail et de revenus qu’une partie de l’année. Le reste du temps, les agriculteurs étaient soit au chômage, soit se rendaient dans les grandes villes proches pour des travaux saisonniers.

 

A Handscart, nous leur enseignons les compétences et les savoir-faire pour réaliser des produits artisanaux de qualité. Nous allons les rencontrer dans les zones rurales, même s’ils ne possèdent ni smartphones, ni connection internet ; nous les formons grâce au e-learning à l’artisanat, au design de produits ; nous leur fournissons les matières premières, les services financiers nécessaires pour démarrer, l’assistance ; nous faisons le contrôle qualité et nous vendons leurs produits sur notre plateforme de vente en ligne, sur eBay ou sur Etsy. Nous avons également des franchises aux Etats-Unis. Une fois le produit réalisé, nous nous chargeons de le faire parvenir au client (grâce à nos partenaires comme FedEx.)

 

Nous ne sommes pas des agents ou des intermédiaires : nous avons seulement mis en place le processus le plus rapide et le plus sûr pour aller de l’artisan au client final.

 

Nos formations se déroulent bien sûr en anglais, mais surtout dans la langue locale, notamment en Afrique et en Asie. Cette proximité permet aux personnes sans emploi de réaliser et de vendre rapidement leur production, d’améliorer leurs revenus et de créer leur propre job. C’est un moyen durable de sauver les cultures dans les zones rurales de différents pays.

 

Des produits sur-mesure

Nous avons mis en place une communauté de créateurs, designers qui nous expliquent de quels produits ils ont besoin, dans quelles couleurs et quelles matières, de quelle forme… Nous facilitons le business : le créateur obtient son produit à un prix raisonnable. L’artisan sait peut-être comment réaliser le produit mais s’il n’est pas connecté à internet, il aura du mal à trouver ses clients et sera difficilement joignable.

 

Nous assurons le lien entre les deux. C’est d’ailleurs pour cela qu’en tant que designer, vous avez tout intérêt à passer par nous. En Afrique, par exemple, les artisans ne parlent pas forcément ni anglais, ni français, seulement une langue locale et sont très traditionnels. Ils ont le savoir-faire mais sont difficilement joignables. Si vous faites appel à nous, nous pouvons vous aider. Il vous suffit de saisir votre recherche sur notre site et nous allons vous trouver l’artisan ad hoc pour réaliser votre produit.

 

Handscart, un business en pleine expansion

Nous tirons nos revenus de notre activité : nous prenons une petite commission sur la vente des objets artisanaux aux entreprises et aux particuliers qui achètent sur notre plateforme de vente.

 

Nous proposons maintenant plus de 1000 produits. Plus de 200 artisans travaillent avec nous et les revenus ainsi générés ont un large impact positif pour leurs familles, de l’Inde au Népal au Bouthan, en passant par la Thaïlande à différents pays d’Afrique.

Grâce à notre processus de vente direct, nos prix peuvent rester très intéressants pour les acheteurs.

 

Prochaine étape : combattre le chômage en Europe

Un artisan en Indonésie est en train de tisser un panier batakNous nous sommes également implantés en Europe : nous avons eu de très bons retour en Espagne où nous avons commencé à nous implanter. Nous avons le soutien du gouvernement italien pour lancer notre processus de formation. Le chômage des jeunes y est en effet une préoccupation majeure. Le seul souci, c’est que je dois discuter avec des gens vivant dans des zones rurales en Italie et la langue est une barrière. Je ne parle pas italien et leur niveau en anglais est assez mauvais. C’est un problème à résoudre.

 

Nous voulons aussi lancer notre activité en France.

La France est bien connue pour la qualité de ses produits, notamment dans l’agro-alimentaire (on pense aux vins, au chocolats…). Et le pays affronte un fort taux de chômage. Nous commençons à organiser des ateliers en ligne pour les chômeurs et aussi les migrants. Avec notre aide, ils peuvent commencer à réaliser des produits. Une fois qu’ils ont les compétences nécessaires, ils peuvent même être embauchés par des entreprises plus importantes.

 

Grâce au French Tech Ticket, nous allons pouvoir établir notre siège social en France. C’est l’endroit parfait pour mesurer l’impact social de notre activité. Grâce au French Tech Ticket, nous sommes très soutenus et nous sommes au coeur de l’Europe. Nous pouvons facilement joindre les Etats Unis, l’Asie, l’Afrique… Nous pouvons aider les gens en difficulté à cause de la crise. Nous pouvons explorer le marché et créer des emplois ici, mais aussi dans le reste du monde.

Laisser un commentaire